Renfort sonore en WFS Sonic Emotion pour le Paris Jazz Festival édition 2013 - Première mondiale !

Du 8 juin au 28 juillet a lieu au Parc Floral de Paris le Paris Jazz Festival. Euphonia fournit le processeur sonore Sonic Emotion Wave I à Urbs Audio afin d'assurer une écoute transparente pour l'ensemble de l'auditoire.

C'est la toute première fois qu'un processeur Wave I est utilisé pour un festival en plein air.

Le festival, le lieu d'accueil, l'organisation générale

Le Paris Jazz Festival est le premier festival de jazz en France par la fréquentation : 90 000 auditeurs ont en effet été dénombrés en 2012. Les concerts ont lieu les samedi et dimanche durant 8 week-ends, répartis entre la petite scène flottante et la grande scène, sous le Delta; cette dernière est, pour la première fois cette année, équipée d'un système de diffusion sonore en WFS. La jauge du Delta est de 1400 places assises à plat, réparties en éventail. L'ouverture de la scène est de 20 mètres. Les places du fond s'étalent sur 40 mètres de large.

La programmation du festival est assurée par CC Productions. La fourniture des moyens humains et techniques de régie échoit à Urbs Audio, dont l'équipe est menée par Jacques Laville et qui fournit les consoles de mixage pour la diffusion en façade et les retours des musiciens, le parc d'outils de traitement du son ainsi que le parc de microphones. Jacques accueille les ingénieurs du son des artistes ou opère lui-même aux manettes de la console Innovason et du processeur Wave I.

Les préparatifs et les premières dates




Le système de diffusion est constitué d'une rampe d'enceintes acoustiques compactes disposées au nez de scène; leur nombre réduit (10) permet pourtant un confort d'écoute inégalé dès le premier rang de spectateurs. Un jeu de 3 clusters d'enceintes acoustiques à longue portée permet d'assurer un niveau d'écoute confortable jusque dans les derniers rangs. Les parties immédiatement extérieures ne sont pas oubliées et bénéficient d'enceintes de rappel extérieur. Un ensemble de caissons de grave disposés sous la scène assure la diffusion des premières octaves du spectre sonore.





La jeune génération suit de près la mise en oeuvre du système; Jacques Laville est ici entouré de Théo Magnet, stagiaire chez Euphonia, de Théo Croix, qui assiste Jacques et d'Esteban Margoulis, stagiaire chez Sonic Emotion.




Le premier concert, le samedi 8 juin, a été celui du MOZDZER DANIELSSON FRESCO Trio.








Le public du concert du soir a accueilli YOM et son projet "Le silence de l'exode".






Le dimanche 9 juin, la grande scène du Delta accueillait Stéphane Galland et son Sextet, dans le projet LOBI.





Les premières réactions

La première réaction est d'abord celle de Jacques Laville qui constate qu'il avait bien pressenti le potentiel de l'approche de Sonic Emotion et se félicite de s'être lancé dans l'aventure.

Les organisateurs du Festival nous font ensuite un retour extrêmement favorable; Pierette Devineau de CC Productions, Directrice du Festival, nous déclare ainsi : "Je suis très heureuse que nous ayons accordé notre confiance à Jacques Laville, lequel nous proposait ce nouveau système que nous ne connaissions pas. Le gain en confort sonore est évident par rapport aux autres éditions. L'homogénéité de la couverture en particulier est bien meilleure."

Les ingénieurs du son des artistes ne sont ni déçus ni décontenancés et trouvent "le son très doux".

Le public enfin, nous fait à la sortie des concerts, des retours élogieux bien agréables à entendre : "Super, le son !"
ou encore : "Vous avez changé quelque chose par rapport à l'année dernière, n'est-ce pas ? C'est bien meilleur." ou"Il y a du relief" ou : "Si on ne voyait pas les haut-parleurs, on pourrait croire que le concert n'est pas sonorisé", ce qui constitue le plus beau compliment qu'on puisse adresser au système mis en oeuvre puisqu'il dénote sa transparence et sa faculté à se faire oublier au profit du contenu artistique.




Le dimanche 30 juin, après la pluie du vendredi à Compiègne, Manu Katché et son Quartet retrouvaient le soleil au Parc Floral.




Gilles Meignan, son ingénieur du son, déjà à l'oeuvre à Compiègne l'avant-veille, nous déclare :
"Bravo les gars, votre système fonctionne vraiment très bien !




Le samedi 6 juillet, la grande scène accueillait un véritable phénomène en la personne d'Edmar Castañeda, harpiste colombien, ici photographié lors des réglages du matin; il a livré avec son trio un concert époustoufflant !


A noter que le magazine des technologies audio pro, Realisason, dont la rédactrice en chef Gisèle Clark était présente le samedi 6 juillet, a publié un article sur l'utilisation de la WFS Sonic Emotion au Parc Floral dans son n°74 de septembre - octobre 2013.
Lien vers l'article Realisason